Passer la barre est une compétence primordiale pour progresser en surf. Cela permet de passer du statut de surfeur débutant qui s’amuse dans les mousses au surfeur plus expérimenté qui surfe des vagues dites « vertes ».

Passer la barre permet de sortir de l’inside, la zone où les vagues déferlent, vers l’outside, là où les vagues avancent sans casser. La terre promise. Un endroit où on peut s’asseoir sur sa planche, prendre le temps d’analyser les vagues qui approchent avant de se décider à ramer pour en surfer une. Il faudra alors bien se placer, au peak, là où la vague va commencer à déferler. Effectuer un bon take off puis profiter de cette merveille que nous offre dame nature en enchaînant les virages pour tracer une trajectoire parfaite. Bienvenue dans le monde des vagues vertes.

Le passage de la barre n’est en réalité pas une compétence particulière mais la combinaison de plusieurs techniques. Une bonne lecture, une bonne rame, une bonne technique de push through, de turtle roll ou de canard. Mais aussi de la détermination, et une bonne condition physique.

Certains spots permettent d’éviter le passage de la barre grâce à un canal, une zone calme à côté des vagues par laquelle on peut remonter pour se placer au peak. C’est évidemment hyper agréable car cela permet de moins se fatiguer, de ne pas se faire lessiver et nettoyer les sinus ! Mais ces spots sont un luxe et il ne faudrait pas trop s’y habituer, surtout que ce canal peut lui aussi saturer à certains moments suivant la taille de la houle. Des vagues peuvent y entrer et il faudra pouvoir les gérer. C’est de plus une compétence primordiale en surf : être capable de gérer sa planche dans toutes les situations. Pour soi-même mais surtout aussi pour ne pas blesser les autres. C’est d’ailleurs une bonne règle pour déterminer si tu es sur le bon spot ou non. Es-tu capable de passer la barre sans perdre ta planche ? Si ce n’est pas le cas, probablement ferais-tu mieux de choisir un spot plus adapté à ton niveau.

Un bon surfeur doit pouvoir passer les vagues, il est donc impératif de travailler cette compétence. Mais bien souvent les débutants préfèrent éviter car c’est épuisant et parce qu’on boit la tasse. Mais aussi parce que les planches pour débuter sont grosses et volumineuses et il est donc moins évident de passer une vague puissante avec.

A un certain moment, il faut décider de consacrer du temps à cette étape car c’est primordial pour continuer à évoluer. Il ne faut plus se contenter de lâcher sa planche, de nager à côté, de marcher dès qu’on sent qu’on a pied. Il faut décider de passer à l’étape supérieure et d’apprendre à gérer sa planche dans toutes les conditions. Un signal fort envoyé aux surfeurs autour de toi. Tu n’es pas un kook, tu n’es pas un débutant. Tu es un surfeur responsable capable de gérer sa planche et de faire attention aux autres.

Et attention, ce n’est pas parce que tu essaies de passer la barre que tu dois oublier les règles de priorité. Lorsque tu remontes vers le peak, tu dois absolument éviter de gêner les surfeurs qui sont sur une vague ou s’apprêtent à en prendre une. Tu ne peux donc passer par l’épaule de la vague que si tu es certain de ne pas gêner. Sinon, il faut passer par la mousse pour ne pas couper la trajectoire du surfeur.

Lorsqu’on s’imagine un surfeur qui passe la barre, on le voit couler sa planche avant l’arrivée de la vague, passer ensuite sous la vague et ressortir très rapidement derrière sans avoir reculé d’1m (le canard). Il recommence alors à ramer de manière très gracieuse.

Malheureusement, les planches des apprentis surfeurs sont trop volumineuses pour être coulées de la sorte. Nous devons donc passer par des techniques moins gracieuses et efficaces mais qui ont le mérite de nous maintenir en sécurité et de nous aider à atteindre notre objectif : rejoindre l’outside. Dans cet article, je parle de deux techniques : le push through et le turtle roll. Chacune a son intérêt et les deux doivent être maîtrisées.

Analyse et état d’esprit

Avant de parler de technique, il est très important de parler de l’état d’esprit. On ne se lance pas dans un passage de barre sans aucune motivation et sans lecture du spot.

Comme tu le sais, les vagues arrivent en séries. Tu ne commences donc pas à ramer vers le large à n’importe quel moment. D’abord tu regardes au loin. Un vague déferle ? En vois-tu d’autres derrière ? C’est la fin d’une série ? Feu ! C’est le moment de ramer ! Si tu es intelligent et que tu attends le bon moment pour te lancer, tu gagneras toujours en énergie.

Une fois lancé il faut continuer à observer les vagues qui arrivent face à toi. Avances-tu tout droit ou serait-il plus intéressant de se décaler un peu à gauche ou à droite ? Ton objectif est clairement d’éviter de passer par l’endroit où la vague est la plus puissante, et donc l’endroit où elle déferle. Essaie donc de passer par l’épaule ou la mousse, si c’est possible et que tu ne gênes personne.

Il te faut ensuite de la détermination. Une fois parti, tu es en mission ! On ne s’arrête pas de ramer entre deux vagues, pour se reposer, se rincer les yeux ou se moucher. Ces quelques secondes perdues pourraient faire toute la différence et faire que tu vas prendre une nouvelle série sur la tête ! On se remet aussi à ramer tout de suite après le passage d’une vague. Et enfin, on opte pour une bonne vitesse de rame ! Tu auras tout le temps nécessaire pour te reposer une fois dans l’outside. Lorsque tu as décidé de traverser, il faut s’y tenir et aller jusqu’au bout, sinon c’est une perte d’énergie inutile.

Dernier point important quant à l’observation : les courants. Avant de te mettre toi-même à l’eau, observe-le spot. Quel chemin emprunte les surfeurs à l’eau ? Sont-ils fortement déviés latéralement ou non ? Au contraire, un courant tire-il vers le large et facilite-t-il le passage de la barre ? Comme toujours prend le temps d’analyser hors de l’eau, surtout si tu ne connais pas ou pas bien le spot, ou que les conditions sont différentes (marée, taille des vagues, etc).

A chaque fois qu’une vague se présente à toi, il faut analyser et déterminer un plan d’action. Tu peux passer par l’épaule tout en continuant de ramer ? Fonce, c’est le choix numéro !

La mousse qui te fait face ne semble pas trop puissante ou trop haute ? Tu devrais pouvoir la passer grâce à un push through !

C’est un monstre qui arrive, tu sais que tu vas te faire retourner ? Le turtle roll est ton ami. Pour garder le contrôle, ne pas perdre trop de terrain et ne risquer de blesser personne avec ta planche.

La vitesse est ton amie

Lorsqu’on voit une vague arriver (surtout si elle est impressionnante), notre instinct nous dit de nous arrêter ou de faire demi-tour. Mais en réalité, c’est l’inverse qu’il faut faire et ramer de plus belle. Car tu vas ainsi prendre de la vitesse et cet élan va faciliter le passage de la vague. Que ce soit donc pour le push through pour le turtle roll, la première étape est de ramer vers la vague.

Perpendiculaire à la vague tu seras

Pour que ces deux techniques se déroulent sans encombre il est indispensable d’arriver bien perpendiculairement à la vague. Si tu es ne serait-ce qu’un poil de travers, la vague va te retourner ou arracher ta planche car tu lui offriras une plus grande surface sur laquelle faire pression.

Push through


L’objectif du push through est très simple : laisser passer la vague entre toi et ta planche !

La technique est très similaire au take off version « pompage ». Tu rames en direction de la vague et lorsqu’elle est à environ 2m de toi, tu places les mains à plats sur la planche à hauteur de tes épaules, si la vague est grosse, tu peux carrément attraper les rails de ta planche sur les côtés. Tu pousses alors sur les bras pour créer de l’espace entre toi et ta planche, en faisant un pompage. La majeure partie de l’énergie de la vague va ainsi passer dans cet espace ce qui va l’empêcher de te retourner ou de t’arracher de la planche. Pour t’équilibrer et mettre davantage de poids sur l’avant de ta planche tu peux aussi lever une de tes 2 jambes en l’air. Dès que la vague est passée, tu peux te remettre à ramer sans trainer.

La limite à cette technique est bien entendu la taille de la vague, même si un surfeur expérimenté va arriver à passer de grosses mousses avec un push through. Ta technique va s’améliorer avec le temps.

Attention, l’objectif n’est pas de couler le nez de planche. Juste de créer de l’espace entre toi et la planche. Cela veut donc dire aussi que tu ne peux pas lancer cette manoeuvre trop tard lorsque la vague a déjà soulevé ta planche. A ce moment, c’est trop tard car l’énergie de la vague va retourner ta planche.

Lorsque j’ai débuté cette technique, je faisais un pompe sur les genoux pour moins me fatiguer. Cela peut passer si les vagues ne sont pas trop grosses mais cela ne fait pas beaucoup de sens car la vague passait sous mon torse mais m’arrachait alors au niveau des genoux.

A noter que lorsqu’on éloigne son corps de la planche, on gagne en contrôle. Par exemple, plutôt que de se faire retourner bêtement par une vague, on peut prendre cette position pour absorber une partie du choc avec nos bras (s’ils sont fléchis), mais aussi contrôler l’assiette du flotteur et la répartition du poids. Je sens que la vague va me retourner, je peux pousser sur mes bras pour mettre plus de poids sur l’avant de la planche.

Turtle roll


Si la vague est trop grosse et qu’on ne passera pas avec un push through, on passe à la solution défensive de sécurité.

L’objectif premier du turtle roll est de garder le contrôle de sa planche mais clairement, on perd plus de terrain qu’avec un bon push through.

Comme pour le push through, on rame vers la vague et environ 2 mètres avant, on attrape les rails et on retourne la planche en se faisant rouler dans l’eau. On va pour cela pousser sur un bras et tirer sur l’autre. Une fois dans l’eau sous la planche, ton seul objectif est de garder la planche bien collée à l’eau. Il ne faut pas que le nez sorte de l’eau sinon la vague va attraper ta planche et te l’arracher. Tu dois donc tenir ta planche fermement par les rails et utiliser le poids de ton corps sous l’eau, comme une ancre. Ta tête ne doit pas être contre ta planche. Tes bras doivent être presque tendus mais légèrement fléchis, cela te permettra d’absorber le choc. Si tu as les bras complètement tendus, tu as de grands risques de lâcher la planche. Attention également à ne pas tenir la planche trop haut.

Sous l’eau, tu peux aussi essayer d’être pro-actif, par exemple en tirant ta planche en direction opposée de la vague ou en donnant des coups de pied dans l’eau, comme si tu nageais sur le dos.

Une autre technique est de se laisser tomber à pieds joints à côté de la planche avant de la retourner plutôt que de se retourner en restant collé à la planche. Cela permet d’augmenter l’effet « ancre » car le corps est bien vertical dans l’eau.

Laisse passer la vague dans cette position puis effectue la manoeuvre inverse pour remettre ta planche droite et remonter dessus. C’est plus facile de retourne la planche en mettant une main plus bas sur le rail. Tu peux alors pousser cette main et donner un coup de pied dans l’eau pour te propulser et remonter sur la planche.

Il est très important de bien gérer ces transitions et de se remettre rapidement sur sa planche, dans une bonne position de rame. Cela permet de gagner de précieuses secondes. Une fois de plus, tu vas améliorer toutes ces étapes avec l’expérience.

Le turtle roll demande de bien gérer le timing et la répartition du poids.

🎧 Ecoute cet épisode et d'autres sur le podcast Apprenti Surfeur

Tu y découvriras des épisodes théoriques pour débuter et progresser en surf ainsi que des interviews pour plonger dans l'univers d'autres surfeurs et surfeuses passionnés.

Spotify iTunes Google Deezer

Partager:

Cet article t'est présenté par Anthony, je suis le fondateur d'Apprenti Surfeur, surfeur et surfskateur passionné, en pleine progression.

Je partage mon apprentissage du surf 🏄‍♂️ via le podcast (Spotify, iTunes) et du surfskate 🛹 sur ma chaîne YouTube. Pense à t'abonner ! 🙏🤙

N'hésite pas rejoindre le groupe Facebook et à me suivre sur Instagram.

Le guide pour te lever sur ta planche !

Télécharge le guide gratuit pour découvrir les techniques de take-off et choisir celle adaptée pour toi

Episode précédent#017 Hortense, étoile montante du surfskate à Paris
Episode suivantMon surfskate grince (Décathlon Oxelo)