Dans mon dernier article concernant le turtle roll et le push through, j’ai écrit que passer la barre permettait d’atteindre la terre promise, l’outside. Fini de surfer les mousses, place aux vagues qui n’ont pas encore cassé, ces fameuses vagues vertes. Surfer une vague verte permet de surfer la face de la vague et donc de tracer une trajectoire plutôt que de surfer une mousse et d’avancer tout droit vers la plage.

Le paradis des surfeurs, certes. Mais aussi une grosse source de frustration pour les surfeurs en pleine progression. Car finalement, c’est très facile de surfer une mousse. On se place devant la mousse, on rame tout droit sans regarder derrière nous et lorsque cette mousse nous rattrape elle nous donne un bon coup d’accélération, ce qui nous permet de prendre la vague même si notre technique de rame n’est pas parfaite. En plus de ce coup de pouce, les mousses sont aussi très faciles car elles ne demandent pas de lecture de vague.

Les vagues vertes, c’est tout l’inverse. C’est probablement une des étapes les plus compliquées dans la vie d’un surfeur. Car pour surfer une vague qui n’a pas encore cassé, il faut avoir une bonne lecture de vague, un bon placement et une bonne technique de rame pour bien partir sur la vague. Beaucoup de patience aussi. L’apprenti surfeur qui découvre cet environnement ne prendra donc pas beaucoup de vagues et va très vite se sentir frustré. C’est seulement avec la pratique et l’expérience qu’il pourra progresser. Mais lorsque le surfeur aura surfé sa première vague verte, ces sensations de glisse pure vont le rendre encore plus accro au sport et il attendra avec impatience la suivante.

Attention, ce n’est pas parce que tu arrives dans l’outside que tu dois changer de planche. Ne fais pas l’erreur numéro 1 du tout débutant en diminuant la taille de ta planche trop vite. Tu dois justement avoir une planche volumineuse sur laquelle tu es à l’aise et sur laquelle tu rames vite pour surfer tes premières vagues vertes.

La lecture de vagues

Lorsque tu arrives à ce stade de ta carrière de surfeur, il est primordial de bien comprendre l’anatomie et le fonctionnement d’une vague. Pense donc à lire ou relire l’article consacré entièrement à ce sujet.

Car lorsque tu es assis sur ta planche dans l’outside, ton objectif est de repérer les vagues qui arrivent au loin et de les analyser pour anticiper l’endroit et le moment auxquels elles vont casser pour ainsi te placer de manière idéale. Tu dois trouver le peak, c’est le point clé. En effet, un bon placement fera toute la différence sur le nombre de vagues que tu surferas lors de ta session. Si tu es attentif et actif, tu prendras beaucoup de vagues que si tu restes assis sur ta planche à discuter.

Comme toujours, cela commence par de l’observation avant d’aller à l’eau. Où sont les vagues ? Où sont placés les bons surfeurs ? De quel type de vagues parle-on ? A quelle vitesse cassent-t-elles ? Arrivent-elles par séries ? Quelle durée il y a-t-il entre ces séries ? Prends le temps d’analyser le spot et choisis l’endroit idéal où aller te placer, en fonction de ton niveau, des conditions et du monde sur l’eau.

Les 4 phases d'une vague

Nous pouvons résumer la durée de vie d’une vague en 4 étapes :

  1. C’est juste une ondulation qui avance dans l’eau, la vague n’est pas encore vraiment formée
  2. La vague monte en taille et devient plus raide
  3. La vague casse
  4. La vague s’est transformée en mousse

Vagues vertes: les phases d'une vague

L’objectif du surfeur est de partir à la rame sur une vague lorsqu’elle est au stade 2. Et c’est bien là que réside toute la difficulté, car une bonne lecture de vague et un bon timing sont cruciaux. Après avoir surfé les vagues au stade 4 (les mousses), les débutants vont souvent se fatiguer à ramer et ramer sur une vague au stade 1, qui est impossible à prendre car elle n’est pas encore assez raide. Ou au contraire, ils vont être trop tard et se faire retourner par des vagues du stade 3 qui vont leur casser sur le dos. Ou alors, ils seront bien sur la vague au stade 2 mais au mauvais endroit sur la vague, trop loin vers l’épaule là où la vague ne sera pas assez creuse et assez puissante pour démarrer. Ces heures passées dans l’eau sans résultat donneront donc naturellement naissance à de la frustration. On savait surfer les mousses et maintenant on ne sait plus surfer du tout !

Mais avec le temps, tu vas améliorer ton art de prédire où et quand une vague va casser et te positionner en conséquence.

Bien se placer au peak

L’idéal est de te placer environ 5m derrière les vagues qui déferlent. Si tu te places trop près, tu risques justement de te faire retourner par ces vagues et de passer beaucoup de temps à ramer dans l’inside. Tu t’assieds sur ta planche là derrière et tu analyses les vagues qui arrivent. A ce moment, c’est important de prendre des points de repères. Lorsque tu as pris une bonne vague par exemple, trouves un point de repère sur la plage, ce sera alors plus facile de venir te replacer à cet endroit. Un point de repère au large également s’il y en a un, qui te donnera des indications sur l’arrivée des vagues. Un îlot par exemple, un bateau qui se lève et qui descend lorsqu’une vague passe. Chaque petit élément visuel à utiliser sera un plus pour ta lecture de vague. Autre exemple visuel: la couleur de l’eau. Etant donné que le peak est le point le plus haut de la vague, tu verras une différence de couleur. Reste attentif à l’évolution de la couleur de la vague pour te placer au bon endroit.

Beaucoup de débutants font l’erreur d’aller se placer trop loin sur le spot, car il y a moins de monde et ils se sentent plus à l’aise. Mais c’est un endroit où il n’y aura pas de vagues à surfer (à moins qu’une grosse série n’arrive) et la lecture de vague y est beaucoup plus difficile car les vagues ne sont que très peu formées à cet endroit.

Dès qu’une vague te semble intéressante, commence à te déplacer pour te positionner à l’endroit où tu penses qu’elle va commencer à déferler : le peak. Attention, se déplacer en surf, ce n’est pas juste ramer vers le large ou vers la plage. Tu peux ramer à 360° pour te rapprocher au plus de ce peak. Car en effet, on ne veut pas juste se placer sur la vague en terme de distance par rapport à la plage. On veut se placer par rapport au peak, là où la vague commence à déferler. Cela demande donc de beaucoup se déplacer latéralement, pour ne pas se retrouver sur l’épaule où il n’y pas assez de puissance.

Le take off sur une vague verte

Une fois bien placé, on commence à ramer pour atteindre la même vitesse que la vague et faire son take off. La technique est maintenant très différente que sur une mousse car cette mousse nous donnait un coup d’accélération et nous permettait de partir facilement sur la vague. Ici, on va devoir utiliser la gravité pour partir sur la vague, le fait de descendre la vague va nous donner de la vitesse. Mais pour cela il est impératif de bien répartir son poids sur la planche et gérer l’assiette de la planche. Trop de poids sur l’arrière et le nez va sortir de l’eau, là vague va donc nous dépasser et continuer sans nous. Trop de poids sur l’avant et on va couler le nez, tomber et s’arrêter. Il faut donc trouver la bonne répartition de poids pour que le nez reste collé à l’eau et que la planche descende la vague.

Un élément crucial pour cela est la position de la tête. La tête est très lourde et a donc un impact direct sur l’assiette de la planche. Lorsqu’on rame pour prendre la vague il ne faut pas hésiter à s’étirer vers l’avant pour amener la tête vers l’avant de la planche et ainsi y mettre plus de poids. Tu pourrais aussi faire l’inverse si tu vois que tu es en retard sur la vague. Si tu es sur une partie qui est déjà trop raide et que tu mets du poids vers l’avant tu risques le nose dive et ainsi de te faire retourner ou de te retrouver très vite en bas de vague. Tu vas dans ce cas te mettre en position cobra pour mettre plus de poids sur l’arrière et ralentir.

Un erreur courante est de faire un take off trop lent ou trop tard et d’ainsi se retrouver en bas de vague, on termine donc à surfer dans la mousse sans pouvoir profiter de la face de la vague. On doit faire le take off dans la partie supérieure de la vague, environ au 2/3. Dès que la vague commence à nous porter, on donne encore quelques coups de rame puis on se lève.

Analyser l'évolution de la vague

Contrairement aux mousses où on peut ramer en regardant devant soi, on doit ici toujours analyser les vagues, même lorsqu’on rame pour en prendre une. Car une vague peut changer complètement de forme en 1 ou 2 secondes. Une vague pour laquelle on semblait bien positionné va finalement se développer plus vite que prévu et nous casser sur le dos. Pour éviter cela, on regarde par au dessus de son épaule lorsqu’on rame. Cela permet d’analyser à nouveau la vague et de prendre une nouvelle décision. Ok, c’est bon je fonce ! Ou au contraire, j’arrête de ramer et je laisse passer la vague. Ou bien, je dois me déplacer plus à droite car la vague a déjà commencé à casser, et ainsi de suite. En résumé, il faut être tout le temps en mouvement !

Si la vague a déjà commencé à casser, tu peux aussi venir te placer sur l’épaule, juste à côté de la mousse. L’avantage dans cette situation est que c’est plus facile de déterminer où se placer pour prendre la vague. L’inconvénient c’est que la vague a déjà commencé à casser et ta trajectoire sur la vague sera moins longue que si tu l’avais prise parfaitement au peak.

Il faut faire de l’essai-erreur en continu. Je me place, ok je suis trop tôt, la vague n’est pas encore bien formée. Je rame un peu vers la plage pour me rapprocher de la zone où les vagues déferlent. A l’inverse, je suis trop tard et la vague m’a cassé dessus, du coup je me place plus loin en ramant vers le large. J’étais trop sur l’épaule, ok je me déplace plus vers la gauche ou la droite pour me rapprocher du peak. Il faut être tout le temps en mouvement ! Il est aussi important de prendre ces décisions rapidement et d’agir rapidement. Sinon on rate la vague ou on laisse la place à quelqu’un d’autre qui ne se gênera pas pour en profiter.

Acquérir de l'expérience pour améliorer sa lecture

Pour maximiser ton apprentissage et accroître plus rapidement ton expérience, tu peux aussi analyser les vagues des autres. Lorsque tu remontes pour te placer par exemple, tu peux analyser un surfeur qui part sur la vague et la vague en elle-même. Aurais-tu pris cette vague aussi ? Ou peut-être aurais-tu pensé qu’elle n’était qu’au stade 1 ? A quel moment aurais-tu fait ton take off ? Et ainsi de suite. Profite de chaque moment pour t’instruire en observant. On lit donc les vagues en permanence, pas seulement lorsqu’on est assis sur sa planche. Mais aussi lorsqu’on rame pour prendre la vague, en se retournant. Lorsqu’on remonte se placer, etc.

Attention, ce n’est pas parce qu’on passe aux vagues vertes que l’on doit oublier les mousses. En effet si les vagues sont très molles, on peut se placer devant la mousse ce qui nous donnera un petit coup de boost et nous permettra de partir sur la vague, ce qui n’aurait pas été possible au peak.

La lecture de vague est donc ultra importante en surf. Pour te le rappeler pense aux surfeurs avancés autour de toi sur des shortboards. Ils avancent moins vite que toi avec ta grosse planche à la rame. Et pourtant ils prennent plus de vagues que toi. Car ils ont beaucoup plus d’expérience en lecture de vague et savent adapter leur placement en conséquence. Patience donc et passe un maximum de temps à l’eau pour améliorer ta lecture de vagues !

🎧 Ecoute cet épisode et d'autres sur le podcast Apprenti Surfeur

Tu y découvriras des épisodes théoriques pour débuter et progresser en surf ainsi que des interviews pour plonger dans l'univers d'autres surfeurs et surfeuses passionnés.

Spotify iTunes Google Deezer

Partager:

Cet article t'est présenté par Anthony, je suis le fondateur d'Apprenti Surfeur, surfeur et surfskateur passionné, en pleine progression.

Je partage mon apprentissage du surf 🏄‍♂️ via le podcast (Spotify, iTunes) et du surfskate 🛹 sur ma chaîne YouTube. Pense à t'abonner ! 🙏🤙

N'hésite pas rejoindre le groupe Facebook et à me suivre sur Instagram.

Le guide pour te lever sur ta planche !

Télécharge le guide gratuit pour découvrir les techniques de take-off et choisir celle adaptée pour toi

Episode précédentTuto surfskate : le virage frontside
Episode suivantComment faire du surfskate en pump track