Thibaut De gueyer partage son parcours surf: depuis sa première vague en Australie, en passant par la formation ISA pour devenir coach, pour terminer par son job actuel : prof de surf à la piscine à vagues d’Alaia Bay à Sion en Suisse.

Débuts en Australie

Thibaut De gueyer a 27 ans et est originaire de Paris. A 18 ans, il décide de partir en Australie pour apprendre l’anglais. Il ne sait pas encore qu’il va y découvrir une passion qui va changer sa vie : le surf.

Il est à l’eau tous les jours au pays des kangourous et son séjour qui devait durer un an s’est finalement prolongé pour une année supplémentaire. Au bout de 2 ans, il ne rentrera pas à Paris mais passera 2 ans en Nouvelle Zélande où il a continué à améliorer son surf.

La découverte du snowboard

Lorsqu’il décide de finalement rentrer en France, c’est vers la montagne qu’il se tourne. Car tous les gens qu’il a rencontrés lors de ses voyages lui ont dit qu’il avait une chance incroyable de vivre en France avec ses montagnes. Il découvre ainsi le snowboard et partage ses années en 2 : neige l’hiver et surf l’été ! Il part ensuite en Suisse grâce à son ami Emeric et y passe tous ses hivers.


Comment devenir coach de surf

Il décide alors de devenir coach de surf pour voyager plus facilement tout en donnant des cours à l’étranger pour gagner sa vie. Il choisit du coup de passer sa certification ISA, qui permet de donner des cours de surf à l’international.

Il a passé son niveau 1 ISA dans les Landes en France. Il nous explique que c’est une formation rapide, majoritairement axée sur la pédagogie. Pendant 1 semaine, on les met dans la peau d’un coach de surf qui doit apprendre le surf à ses élèves, les faire évoluer de leur première mousse aux vagues vertes. Après cette semaine, il y a 3 jours consacrés à la sécurité puis un examen écrit. Ensuite, le manager de la formation doit valider leurs compétences de surfeurs. Mais comme les conditions n’étaient pas au rendez-vous, ils avaient un an pour envoyer des vidéos d’eux et ainsi valider leur formation. La dernière étape pour devenir certifié ISA étant 1 mois de stage dans une école de surf.

La piscine à vagues Alaia Bay à Sion en Suisse

Après cela, il retourne en Suisse pour y travailler l’hiver et il entend parler d’un projet un peu fou qui le fait rêver : une vague artificielle à Sion (wave garden). Complètement emballé par ce projet, il postule en tant que coach de surf et se fait recruter.

Thibaut nous explique qu’il a découvert Alaia Bay en plein hiver lorsqu’il y avait de la neige autour de la piscine et une eau à 6°. Malgré ce froid, il nous raconte les sensations de bonheur intenses qu’il a ressenties en surfant cette vague parfaite… à Sion !

On discute ensuite un peu d’Alaia Bay. Il nous dit qu’on peut y aller toute l’année mais qu’on aura bien sûr moins de monde en hiver à cause du froid. Mais c’est l’occasion de doubler son nombre de vague sur une session car il y aura d’office beaucoup moins de monde. Thibaut nous explique cependant que le bassin a gelé cet hiver et que cela a causé beaucoup de problèmes (-15° à Sion) malgré le système anti-freeze prévu par Wave Garden.

Il nous dit que l’avantage à Alaia c’est qu’on surfe une vraie vague dès le début et pas une mousse, c’est une mini vague mais une vague verte. Il pense que c’est mieux d’avoir un peu d’expérience dans l’océan, d’y avoir appris la lecture de vague, puis de venir à la piscine avec un objectif bien précis à travailler : bottom turn, top turn, etc.

Il nous explique qu’il y a 2 bassins à Alaia, une gauche et une droite. Il y a 18 personnes maximum par bassin en pleine saison, 20 vagues par set et 10 secondes d’attente entre les sets.

Il nous donne ensuite un petit conseil pour réussir son take off à Alaia : orienter son take off dans la direction de la vague en donnant de l’angle dès le début de la rame.

Il termine en nous parlant d’un gros plus d’Alaia Bay : l’écran géant. On peut voir un replay de sa dernière vague lorsqu’on remonte au line up, idéal pour s’analyser en direct. Malheureusement, ces vidéos ne sont pas enregistrées et ne peuvent donc pas être récupérées. On peut aussi se voir sur la webcam de Surfline qui conserve un historique de 5 jours.

🎧 Ecoute cet épisode et d'autres sur le podcast Apprenti Surfeur

Tu y découvriras des épisodes théoriques pour débuter et progresser en surf ainsi que des interviews pour plonger dans l'univers d'autres surfeurs et surfeuses passionnés.

Spotify iTunes Google Deezer

Partager:

Cet article t'est présenté par Anthony, je suis le fondateur d'Apprenti Surfeur, surfeur et surfskateur passionné, en pleine progression.

Je partage mon apprentissage du surf 🏄‍♂️ via le podcast (Spotify, iTunes) et du surfskate 🛹 sur ma chaîne YouTube. Pense à t'abonner ! 🙏🤙

N'hésite pas rejoindre le groupe Facebook et à me suivre sur Instagram.

Le guide pour te lever sur ta planche !

Télécharge le guide gratuit pour découvrir les techniques de take-off et choisir celle adaptée pour toi

Episode précédentCX vs C7 : quel surfskate Carver choisir ?
Episode suivantLe guide ultime pour acheter son surfskate !